Le grain de l'acier en images...

   
Retour aux archives
    

Le grain de l'acier se voit facilement à l’œil nu et peut aisément se comparer.

Ici des grains grossiers lors d'une casse de lame (tests).

Un grain grossier fragilise l'acier en facilitant la progression d'une cassure. Il réduit la résistance aux chocs (résilience) et la fatigue que peut "encaisser" une lame.

     
 

Ici un grain fin: le même acier que les lames ci-dessus mais avec un bon traitement thermique...

On voit tout de suite la différence !

 

     
 

Grain d'un acier 100C6 avec une trempe sans normalisation (à gauche) et avec normalisations avant la trempe (à droite).

Le grain est presque invisible... sans commentaires...

     
 

Influence de la chauffe sur la taille des grains:

- A la chauffe
Le grain ne varie pas jusqu’à Ac1.
Il s’affine entre Ac1 et Ac3
Au delà d’Ac3 il va grossir de plus en plus avec la chaleur et le temps de chauffe.

- Au refroidissement
Le grain continue de grossir jusqu’à Ac3, même en refroidissant.
En dessous d’Ac3 il se fige, qu’il soit fin ou gros.

On comprend donc le grand intérêt des recuits de normalisation, qui en atteignant Ac3 et en refroidissant vont affiner le grain.

On comprend également pourquoi lors de la trempe, il ne faut pas monter à l'orange, sortir la lame, attendre qu’elle redescende au rouge et tremper.

Dans ce cas, le grain grossi en montant et continue de grossir en redescendant... On fige donc un grain énorme et cela en une seule chauffe trop haute !

     

 


 

 

Retour aux archives